Nouvelles scènes prestigieuses, nouvelles rencontres encore

(« LA CARRIERE… ET PUIS QUELQUES « TEMPLES » » – TEMPS 2)

Diverses occasions se présentent par ailleurs pour moi de débuter des collaborations avec des maisons d’importance majeure :

le Bayerische Staatsoper de Munich pour Les Dialogues des Carmélites sous la direction de Kent NAGANO, dans une désormais célèbre mise en scène de Dmitri TCHERNIAKOV (dont l’audace valut au célèbre théâtre bavarois de se trouver, plusieurs années durant, au cœur d’un incroyable feuilleton judiciaire !), puis dans Don Giovanni, aux côtés de Simon KEENLYSIDE.

L’Opéra de Nancy pour un Titus, d’abord, rôle que je reprends à l’Opéra de Madrid ; puis pour Hylas dans Les Troyens, occasion de renouer avec le Maestro NAGANO à l’Opéra de Hamburg.

Sans oublier la Suisse, où je retrouve nos scènes lyriques majeures : le Grand Théâtre de Genève (avec le Chevalier des Grieux dans Manon au côté de Patricia PETIBON), une apparition à l’Opéra de Lausanne (avec le court rôle titre d’Orphée dans Orphée aux enfers) et l’Opéra de Zürich (que je retrouve pour une nouvelle interprétation de Don Ottavio dans Don Giovanni au côté d’Anna NETREBKO).

Dans le domaine du tennis, on les comparerait aux « Central » de Wimbledon ou de Roland-Garros : pousser les portes de tels temples historiques de la musique représente un honneur évident ! Et l’on ne peut s’empêcher de souhaiter demeurer dans les bons souvenirs de leur public !

En 2017 j’effectue mes débuts au Wiener Staatsoper sous la direction de Daniel HARDING dans le rôle de Pelléas.

En 2019, je retrouve non sans émotion (après plus de 10 ans) le rôle titre d’Idomeneo sous la direction de Tomas NETOPIL et la mise en scène de Kasper HOLTEN. Expérience positive, d’autant que je suis heureux de retrouver ce rôle de maturité à l’âge – plus adéquat – qui est le mien désormais. Je ressens le chemin parcouru, les progrès, les doutes éternels. Je retrouve les annotations d’alors griffonnées dans ma partition : certaines méritent maintenant assurément d’être gommées ; mais d’autres demeurent utiles, à jamais !