Le Concours de Paris, tremplin inespéré pour… Leipzig !

(« AU CAP DE L’AN 2000, LES DEBUTS INTERNATIONAUX » – TEMPS 2)

Mais dans ce métier, qui dit « reconnaissance » ne peut qu’en arriver – dans la foulée immédiate – à parler de « concours international ». Par-delà mes craintes, il fallait bien que j’y passe moi aussi, si je souhaitais me faire entendre hors de mon espace géographique de confort…

Me voilà donc reçu au concours international de… Paris, rien de moins !

Les résultats de mon passage devant le jury de la capitale française dépasseront mes plus folles espérances. Ce sera d’abord une admission en finale, véritablement improbable. Mais le meilleur restait à venir : il prendra la forme d’une proposition d’Henri MAIER, nouvel intendant de l’Opéra de Leipzig et membre du jury dudit concours, de m’engager pour la saison à venir de sa prestigieuse institution !

En tête de sa demande, l’invitation à incarner Tamino dans ce qui allait êtrema première Flûte enchantée. Suivront Walter von der VOGELWEIDE dans Tannhäuser ainsi que le Baron Kronthal du Wildschütz de LORTZING. Cette année passée dans ce légendaire Opéra de la Saxe, fut des plus précieuses et enrichissantes, au contact de coachs expérimentés, issus des meilleures écoles.