Avec William CHRISTIE, Zampa, bientôt suivi d’Athys !

(« LE TEMPS DES CONFIRMATIONS : PARIS ET SALZBURG » – TEMPS 2)

C’est à cette époque que l’Opéra Comique de Paris – par la voix de son Directeur du moment, Jérôme DESCHAMPS, mais aussi du réputé William CHRISTIE en personne – me soumet le (d’abord surprenant) projet d’interpréter Alphonse dans Zampa, l’opéra méconnu d’Albert LORTZING. Sur cette production, je ferai la connaissance de la soprano Patricia PETIBON, qui deviendra une fidèle compagne de route au fil de diverses collaborations artistiques, dont certaines il y a peu encore. Lors de cette réalisation de Macha MAKEIEFF, je découvrirai par ailleurs un assistant brillant, devenu à son tour metteur en scène dans l’intervalle : je pense à Pierre-Emmanuel ROUSSEAU, qui, aujourd’hui, creuse indéniablement son sillon parmi les meilleurs du métier. A l’occasion de cette rencontre, j’obtiens confirmation – s’il était besoin !  – du fait que de grands artistes en devenir se cachent parfois dans l’ombre de noms a priori plus prestigieux…

La rencontre avec William CHRISTIE et son orchestre des Arts Florissants sera déterminante, m’offrant l’une des plus belles opportunités théâtrales simplement imaginables à ce stade du développement de ma carrière. Jamais avare d’un effet de surprise, le Maestro profitera à vrai dire d’un échange entre deux portes de loges, à l’entracte, pour m’informer qu’il souhaite que je sois son rôle-titre dans la reprise exceptionnelle qu’il fera en 2011 de l’une des plus belles réussites baroques parisiennes des années 80 : le Athys, de Jean-Baptiste LULLY, prodigieusement mis en scène par Jean-Marie VILLEGIER. Ce projet demeure un souvenir inégalable tant par l’intensité de sa construction et l’attente qu’il suscita que par le succès obtenu. De magnifiques images me restent particulièrement en tête en lien avec les quelques soirées au cours desquelles cet opéra dit « du Roi » sera donné dans son cadre légitime, soit à l’Opéra Royal de Versailles.